Selon le chroniqueur Marc Cassivi de la Presse, le franglais c’est le présent et c’est une chose souhaitable pour le Québec.

Voici un texte pour méditation:

« Y a clairement pas de doubt qu’everybody de la city du Big O s’est fait casser les ears par the stupid debate su’l faite que the Dead Obies, un groupe de music from here, but qu’on sait pas c’est qui vraiment, speak le franglais.

What’s the problème? Des journalistes écrivent que l’assimilation is à nos portes? Voyons donc. She is already dans maison, est entrée sans frapper pis est su’l La­Z­Boy with a Molson dins mains pis elle regarde Canadien. That’s what it is, man.

Everybody knows que défendre le french language en 2014 is like listening to les B.B.; ça a pas rapport pis c’est out. The Dead Obies ont raison: le franglais, c’est la langue du futur, man (NDLR: C’est pas ce qu’ils disent, mais c’est vrai que c’est ce que Christian Rioux et Mathieu Bock­-Côté pensent que c’est ce que les Dead Obies disent.) But ce que ça prend, buddy, pour faire accepter le franglais, c’est des spokespersons que le monde knows well. Genre Canadien. Pas des rappers de la Rive­ Sud.

Canadien made d’ailleurs some efforts dans le passé, sans trop de succès. Par exemple, in the 80’s, des gars comme Craig Ludwig et Larry Robinson connaissaient assez de words pour répondre en franglais à une stupid question d’un french journaliste about la politique, but when it came the time d’engueuler Michel Goulet sur la glace à propos d’un cross­check dans face, c’est en anglais que ça se passait. En même temps, les vraies affaires, it’s in english que ça se brasse. Right?

Dead Obies, contemporains de Saku
In 2007, do you remember that Saku Koivu and Alex Kovalev ont fait un effort pour speaker le franglais? Mais évidemment, le monde from here s’était mis à chialer en disant que c’était pas du pure french et ont ri de leur accent. Koivu and Kovalev was pourtant des visionnaires en parlant la langue of the future des Dead Obies.

Bref, tout ça pour dire que the time has come, gang, que Price dise after une game qu’il n’a unfortunately pas vu dévier le puck sur la f***ing lame de skate de Emelin et, surtout, qu’on accepte que c’est le best effort que Price doive faire dans un monde où l’assimilation est déjà dans cabane. We propose même qu’il le fasse en rappant, pour que Christian Rioux et Mathieu Bock­-Côté puissent continuer de réfléchir sur la question. Le best avec ça, ça serait que Dead Obies puissent producer ensuite une toune featuring Carey Price et devenir enfin famous.

So, have a nice day tout le monde.

Extrait d’un papier publié par le METRO.
http://journalmetro.com/opinions/le-sportnographe/532701/canadien-doit-speaker-le-franglais/