Mots-clefs

, , , , ,

La xénophobie des anglophones de Montréal n’est pas chose nouvelle. Le romancier Hugh MacLennan, inventeur du concept des « Deux solitudes », a lui-même noté ce refus de l’ouverture typique des élèves gravitant autour de McGill au début du vingtième siècle.

Près de cent ans plus tard, qu’est-ce qui a changé ? Pas grand chose : les anglophones continuent de profiter d’institutions surfinancées, ils continuent de tout ignorer de ce que nous sommes, ils continuent de nous voir comme des arriérés et ils continuent de nous mépriser.

Pour donner vos commentaires, cliquez sur cette photo!

Pour donner vos commentaires, cliquez sur cette photo!