Étiquettes

, , , , , ,

Émilie Côté  est la chroniqueuse culturelle au Journal LaPresse.
Elle représente l’effondrement de la culture Française et Québécoise.
Non seulement elle est un symbole de l’effondrement de la culture québécoise, mais elle y contribue en donnant une visibilité anémique à nos artistes.

Quand on sait que la culture est le ciment de la cohésion de la nation, et le miroir de son identité et de son authenticité. On a peur pour la suite.

Nous vous défions de trouver une ou un chroniqueur au Québec, aussi colonisée, qui pratique un tel à-plat-ventrisme devant la culture de l’Empire.

Les disciples de Desmarais ne croient pas à la vitalité de la culture québécoise. Ils ne la dénigrent pas Ils font pire. Ils l’ignorent.

Émilie Côté  ne défendra jamais les artistes québécois.
Par contre, elle les accompagnera dans leur mort programmée.

Elle ne manquera jamais une occasion pour révéler les dernières statistiques du recul d’assistance chez nos artistiques québécois.
Jamais elle proposera des pistes de solutions.
Par contre, elle les accompagnera dans leur mort programmée.

99.99 % de la musique, films, spectacles qu’elle recommande appartiennent à la culture de l’EMPIRE.

Voici quelques unes de ses chroniques:

Chronique I:
À chaque soir Emilie Coté, nous propose de consommer la culture de l’Empire!
http://www.lapresse.ca/arts/musique/nouvelles/201401/11/01-4727716-a-chaque-soir-son-spectacle.php

Chronique II:
http://www.lapresse.ca/arts/musique/201401/18/01-4730068-cinq-albums-attendus-en-2014.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4727716_article_POS1

Chronique III:
Emilie Coté propose 10 chansons d’amour pour la St-Valentin.http://blogues.lapresse.ca/musique/2014/02/14/10-cas-de-chansons-pour-la-saint-valentin/ Combien pensez-vous dans la langue de Molière ???

Quand Émilie Côté communique avec les chroniqueurs culturels du « GREAT MONTREAL » (The gazette et autres), elle le fait dans la langue de l’EMPIRE.

Et comme si cela n'était pas assez !

La qualité du francais d’Émilie Côté est pitoyable.

Il y a des bûcherons qui s’expriment mieux qu’elle. Son écriture est truffé d’anglicismes et de mauvaises tournures de phrase.

La chroniqueuse en chef du journal LaPresse, journal ayant le plus grand tirage au Québec, a énormément de difficultés avec la conjugaison des verbes. Est-ce que les étudiants du secondaire pourraient l’aider ???

Émilie nous propose des nouveautés.
Pour donner vos commentaires, cliquez sur la photo!

Pour donner vos commentaires, cliquez sur la photo!

En conclusion, quand on a des chroniqueurs aussi peu attachés à la langue de Molière, il faut rendre hommage aux créateurs.

Merci à Yelle, à Philippe Katerine, à Gaëtan Roussel, à Shy’m, aux BB Brunes, à Joyce Jonathan, à Bénabar, à Benjamin Biolay, à Mademoiselle K, à Zaz, à Ridan, à Mélanie Laurent, à Monsieur Roux, à Zaza Fournier, à Renan Luce, aux Cowboys Fringants, à Grégoire, aux Wriggles, à Tryo , à Thomas Dutronc et aux quelques autres, de prendre le risque sur chaque album de proposer des chansons en français.

Et ne comptez surtout pas sur les chroniqueurs culturels de La Presse pour vous faire connaitre.