La vérité se passe un doigt... (Denis Vanier, Lesbiennes d'Acid)

gagnon

(À une époque, Lysiane Gagnon aurait fustigé Alexa Conradi…)

Ainsi donc le plus grand regroupement (les États généraux) de féministes à se tenir au Québec depuis 20 ans n’aura pas parlé de laïcité. Ou si, selon les dires de Michèle Sirois, présidente de Pour les droits des femmes du Québec (PDF):

…lorsque les participantes ont effleuré le thème de la laïcité.

« J’étais dans un atelier qui me parlait de féminisme, nationalisme et colonialisme. Il y avait quelques petits éléments pour dénigrer la charte, pour l’associer à la xénophobie. Je pense que c’est une erreur. »

À n’en point douter, la scission qui s’est faite au sein de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) aura laissé des traces. Pourquoi donc les organisateurs de ces États généraux sur le féminisme auraient-ils refusé qu’il y ait discussion sur la laïcité au sein des comités pléniers tout en prenant position implicitement…

View original post 381 mots de plus