Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,

Nous avons un KosherGate au centre-ville de Montréal.

Voici le fleuron de la cuisine KOSHER au centre-ville de Montréal. Le restaurant Yoel’s Dizengoff Grill est situé au 3460 rue Stanley à Montréal.

Ses heures d’affaire sont les suivantes:

Le Lundi au jeudi, de 11:00 à 19:00; le vendredi, de 11:00 à 14:00

Son numéro de téléphone est le (514) 845-3610.

On peut se questionner pourquoi le Restaurant KOSHER Yoel’s Dizengoff Grill, fleuron de la gastronomie juive au centre-ville de Montréal, ignore la langue de Molière.

Pour donner vos commentaires sur Facebook, cliquez sur cette photo!

Pour donner vos commentaires sur Facebook, cliquez sur cette photo!

Voici la réaction de Lise Ravary, journaliste au journal de Montréal.

Pour donner vos commentaires sur FaceBook, cliquez sur cette photo!

Pour donner vos commentaires sur FaceBook, cliquez sur cette photo!

Voici comment ce commerce se décrit sur la toile: Yoel’s Dizengoff Grill is a great restaurant offering all kinds of great delicious food.And the best of it, is that is has a great location. Downtown! So everyone is more than welcome to come give it a try.You’ll like it, guaranteed 🙂 Great Prices too!!!

Voici le lien de leur site facebook et profitez-en pour exprimer votre indignation.

https://www.facebook.com/pages/Yoels-Dizengoff-Grill/122436531241695

Site web unilingue anglais ? Pourquoi ?http://s1269.photobucket.com/user/LANGUE_MOLIERE/media/Langue%20de%20la%20restauration%20au%20centre-ville%20de%20Mtl/restodizengoffkosher.jpg.html

Nous souhaiterions que Jack Jedwab, qui ne manque jamais une occasion de traiter les québecois de xénophobes, demande à ce commerce juif de respecter la langue officielle du québec.

Qui est Jack Jedwab ?

Jack Jedwab

Jack Jedwab est directeur général de l’Association d’études canadiennes. De 1994 à 1998, il a été directeur régional du Congrès juif canadien pour la région du Québec. Il possède un doctorat en histoire du Québec, décerné par l’Université Concordia. M. Jedwab est coférencier à l’Institut d’études canadiennes de McGill où il enseigne les sports au Canada. De 1989 à 1996, il a été professeur adjoint au Département de sociologie où il a donné un cours sur les minorités ethnoculturelles au Québec. Il est l’auteur d’articles dans des livres, des revues savantes et des journaux de toutes les régions du Canada.

Voici notre demande officielle à Jack Jedwab lui demandant d’intervenir auprès de ce commerçant non respectueux de la langue officielle du Québec.

LA CUISINE JUIVE EST D’UNE GRANDE RICHESSE ET DOIT OBÉIR À PLUSIEURS RÈGLES.

En voici un avant-goût!

Les lois de la kashrout dérivent de divers passages de la Torah. Elles sont nombreuses et variées, et toutes ne sont pas universellement observées. Certaines ne le sont que par certains courants, d’autres dépendent du rite d’origine. Cependant, on peut en dégager les règles principales :

  • Pour les aliments d’origine animale :
    • ils doivent présenter des signes particuliers et, dans le cas de mammifères et de volailles, provenir d’espèces particulières ;
    • ils doivent être abattus de manière rituelle ; les parties interdites à la consommation, dont le sang, le nerf sciatique et la graisse, doivent être retirées ;
    • « l’agneau ne peut être cuit dans le lait de la mère » ;
    • seul le lait des espèces licites peut être consommé8.
  • Pour les aliments d’origine végétale :
    • ils doivent être vérifiés afin de s’assurer de l’absence de parasites visibles à l’œil nu ;
    • certains délais doivent être observés et, dans le cas du produit de la récolte en terre d’Israël, les dîmes doivent être prélevées.
  • Des lois supplémentaires s’appliquent lors de jours saints spécifiques, et uniquement lors de ces jours.
  • Certains aliments doivent être préparés en grande partie ou en exclusivité par des enfants d’Israël.
  • Les plats non kascher transmettent leur impureté aux ustensiles utilisés pour leur préparation, et ne peuvent servir pour les nourritures kascher auxquelles elles transmettraient à leur tour leur impureté. Certains ustensiles, selon les matériaux dont ils sont faits, peuvent être purifiés par application d’une flamme à une telle température que des étincelles jaillissent de l’objet si on le frotte (libboun), ou par immersion dans de l’eau bouillante (hagala).
  • Nul Juif n’est censé ignorer les lois de la kashrout pour son usage personnel. Toutefois, la surveillance et la supervision de la chaîne de production de nourritures destinées à autrui, par exemple pour la vente ou la restauration, doit être confiée à un expert en cacheroute